stlc-chanel

Sous Toutes Les Coutures

J’ai toujours eu envie de suivre la création d’une collection step by step. Cet été, Chanel m’a ouvert les portes des ateliers afin d’assister à la réalisation de l’une des robes du défilé Haute Couture. Rewind cinq mois avant ma première visite: tout d’abord Monsieur Lagerfeld lance les premières inspirations de la collection puis il dessine le premier croquis et s’entretient avec la directrice du studio pour choisir les tissus. Ensuite, la première d’atelier se charge d’interpréter son croquis sous la forme d’une toile pour les premiers essayages.

J’arrive dans les ateliers Chanel au moment où la création de « la » robe est lancée ! Je découvre le croquis* du modèle tandis que, tout à côté, une couturière est en train de travailler un morceau de mousseline de soie marine qui n’a pas encore vraiment de forme, et je n’ai encore aucune idée de la direction de la collection. Quelques jours plus tard, en visite chez Lemarié, maître plumassier, fleuriste et couturier (pour info, la maison Lemarié est l’une des sept maisons d’Art racheté par Chanel en 1997), j’entre dans la magie de la Haute Couture. Malgré le compte à rebours, les talentueuses plumassières, aux mains expertes, brodent avec précisions et une par une les centaines de petites plumes sur la mousseline de soie, dans une atmosphère de haute concentration. Je suis bluffée! La robe fourreau pavé de plumes prend forme tous les jours un peu plus sous mes yeux. Au final, elle ressemble à un nuage : délicate et complexe, elle est composée de 3 m d’organza, de 15 m de mousseline de soie plissé soleil et a nécessité 500 heures de broderie de plumes, 200 heures de couture et une bonne dose de passion. En tout, une dizaine de personnes ont collaboré pour réaliser la robe fantasmée par Monsieur Lagerfeld. En définitive, la Haute Couture c’est du rêve à portée de (beaucoup) de petites mains.

* Dessin de monsieur Karl Lagerfeld pour Chanel (photo en ouverture du post)

J-20 (16 Juin 11)

Réalisation d’un patronage…

J- 19 (17 Juin 11)

Le patronage est monté petit à petit par les couturières.

J-15 (20 Juin 11)

Moodboard pour donner la direction artistique aux plumassières de l’atelier Lemarié. Avant de pouvoir être travaillées, les plumes  sont passées une à une à la vapeur pour récupérer leur panache. Puis, les plumassières twistent et collent brin à brin comme pour faire de la guipure.

J- 7 (29 Juin 11)

Retour à l’atelier Chanel où « la » robe est montée sur Stockman. 

J- 4 (2 Juin 11)

La robe est soumise aux validations de Monsieur Lagerfeld (et de Mademoiselle Coco).

Jour J  (5 juillet 11)

Me voici dans les backstages beauté du défilé, quelques heures avant le show prévu à 22h au Grand Palais. Je dévisage les tops car je ne sais toujours pas qui aura l’honneur de porter « la » robe. Le make-up et la coiffure sont identiques pour chacune des filles, alors le mystère persiste. Pour l’occasion, le Grand Palais est métamorphosé en place Vendôme sous un relief d’étoiles et de néons à la Dan Flavin. Voici enfin la robe, passage n° 46, portée par Jacquelyn. Sublime émotion !

Epilogue : la fameuse robe est en belle compagnie dans le show-room Couture. En attendant les clientes privilégiées du sur-mesure, peut-être sera-t-elle portée par une célébrité. Ensuite elle sera archivée, mais restera à jamais disponible à l’achat, si jamais vous étiez tentée…

soustouteslescoutures-chanel